Actualités

Retrouvez sur cette page toutes nos actualités, contenus informatifs, utiles et ludiques sur le thème de la dermatologie.

  • Accueil
  • Actualités
  • Pourquoi les ingrédients peuvent-ils avoir des effets irritants / sensibilisants sur la peau ?

Pourquoi les ingrédients peuvent-ils avoir des effets irritants / sensibilisants sur la peau ?

Horus Pharma
Horus Pharma

Dr Stéphane Pirnay - Toxicologue - Paris



En toxicologie, le plus souvent il existe une relation dose/effet. D’ailleurs comme il est possible de citer Paracelse : « Toutes les substances sont des poisons ; il n’en existe pas qui ne le soit pas. La bonne dose fait la différence entre le poison et le remède ».

La toxicologie comprend trois paramètres clefs : la toxicité intrinsèque, les conditions d’exposition et la sensibilité intrinsèque de la cible.

Les profils toxicologiques d’une substance regroupent communément l’évaluation pour chacune d’entre elles des effets suivants (liste non exhaustive) :

  • Irritation (cutanée, muqueuses, tractus du tube digestif)
  • Toxicité systémique aigüe (DL50)
  • Toxicité locale / Effets topiques
  • Sensibilisation
  • Génotoxicité
  • Toxicités chroniques
  • Cancérogénicité / Mutagénicité / Reprotoxicité (CMR)
  • Hémocompatibilité
  • Biodégradabilité
  • Evaluation du passage transcutané
  • Tératotoxicité
  • Nanomatériaux (évaluation toxicologique)
  • Phototoxicité
  • Perturbateur endocrinien

Certains mécanismes d’action créent une irritation ou une sensibilisation au niveau cutané.

Par exemple, les conservateurs sont des « substances qui sont exclusivement ou principalement destinées à empêcher le développement de micro-organismes dans un produit cosmétique » [Règlement N°1223/2009 du Parlement Européen et du Conseil]. Ils sont souvent :

  • Trop puissants : détruisent toutes les bactéries même celles qui nous protègent.
  • Trop pénétrants : pénètrent profondément la peau.
  • Trop persistants : restent dans l’organisme après y avoir pénétré.

Une présentation détaillée de R&D chez EXPERTOX (Laboratoire d’analyse du Dr Stéphane Pirnay) a aussi montré que ce n’est pas le nombre de conservateurs introduits dans une formule qui fait la qualité microbiologique du produit. Ce facteur seul n’est pas à retenir. Le processus est plus complexe et multifactoriel.

Au sujet des molécules « controversées », elles sont catégorisées comme suit :

  • Irritantes : certains extraits de plantes et certaines huiles essentielles
  • Allergisantes : certains extraits de plantes, certains conservateurs, certaines huiles essentielles et les 26 substances déclarées allergisantes
  • Photosensibilisantes : certaines huiles essentielles et certaines plantes
  • Suspectées toxiques pour la reproduction : les parabènes, les phtalates et certaines huiles essentielles
  • Cancérigènes : les conservateurs, les alkylphénols et certaines plantes
  • Neurotoxiques : certaines huiles essentielles et certaines plantes

Une veille réglementaire chez EXPERTOX est menée pour vérifier, très périodiquement, si la réglementation européenne ou internationale évolue (SCCS / CE…) car il faut absolument tenir à jour périodiquement les dossiers informations produits ou dossiers réglementaires des produits mis sur le marché par les personnes responsables. D’ailleurs à ce sujet, il faut retenir soit les effets topiques soit les effets systémiques responsables d’un changement éventuel réglementaire d’une substance. Chez EXPERTOX, plus de 200 substances sont répertoriées et suivies ce jour, dites sur la ‘sellette’.

Qu’est-ce que le consommateur ou utilisateur peut comprendre ou déduire à la lecture simple de l’étiquetage du produit ? et quels sont les nouveaux aspects réglementaires incombant aux metteurs sur le marché à ce sujet ? Les critères communs relatifs aux règles d’étiquetage sont tournés vers l’équité, la sincérité, l’aide au choix du consommateur. Ces évolutions réglementaires vont dans le bon sens pour que l’utilisateur puisse comprendre avec facilité et sans aucune tromperie les allégations apposées sur l’étiquetage.

Pour conclure, il y a beaucoup d’autres facteurs qui peuvent impacter la sécurité d’un produit cosmétique à savoir les sujets des contaminants (pureté, traces…), les bonnes pratiques de fabrication (BPF…), les interactions contenants/contenus (dosage des migrants potentiels de l’emballage vers le produit), les interactions chimiques entre les substances d’une même formule, les scénarii d’expositions multiples et additives, l’adéquation des propriétés physico-chimiques d’une formule avec la population cible / site d’exposition…, la qualité microbiologique et les conditions de mésusages.

Captation vidéo de la présentation du Stéphane Pirnay lors du symposium Horus Pharma aux JIRD 2018

Mots-clés: symposium, peau, irritation, JIRD

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies et autres traceurs afin de vous proposer
du contenu et des services personnalisés selon vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites.
Pour en savoir plus, consultez notre politique de protection des données personnelles

Abonnez-vous à notre newsletter ICI